collection - Déflexion / Interlude

Le dogme et les jours

Habitudes de plus en plus ancrées, émotions en crescendo, métamorphoses du vocabulaire.

Les dépendances ne sont-elles pas que des amplifications de nos habitudes? Au bout de leur lente évolution, une hypertrophie du comportement s’installe.

Dès qu’on voit les choses ainsi, le concept de dépendance acquiert des connotations inattendues, dignes de certaines conséquences imprévues de nos comportements.

Vous plongez trop souvent dans les revues à potins? Du coup, c’est un peu grâce à vous s’il y a des vedettes. D’ailleurs, vous n’y pensez pas, je n’ai pas bu de café depuis hier, j’essaie de résister, j’ai la tête dans une bulle. C’est samedi, j’ai passé ma journée de congé devant l’ordinateur, à mettre à jour mon profil et à charger toutes les photos de la dernière soirée avec la gang; je finis par être jaloux des photos de Rémi, qui passe sa vie en voyage, fait des jobines, crèche chez les gens, fuit ses responsabilités, c’est clair.

Demain, party. Occasion de sortir de la tanière. Aucune rupture avec les habitudes, si ce n’est qu’en groupe, elles semblent autre chose. Je suis persuadé que la Lopez y sera. Comment lui résister? Qu’elle embrasse quatre garçons dans sa soirée, chacun s’en balance parce que chacun tombe sous le charme. Comment parviendrait-elle à se brancher si personne ne la repousse? Elle doit souffrir, la pauvre. Le pire, c’est qu’aux petites heures on se retrouve fin seul chez soi. Au moins, j’échappe au sort de certains copains empêtrés dans la Toile, qui ont tout vu des pratiques sexuelles. Plus rien ne les étonne, tout est normal, disent-ils. Un premier qui ne bande plus sans son écran. L’autre qui décharge vingt fois par jour pour modérer son agressivité; il dit que ça aide à la concentration et que ça ne coûte rien. Difficile d’économiser quand, pour décompresser, on dépense aux 5 à 7 les fruits de son 9 à 5. En attendant d’être tous riches, tous se battent et se débattent.

Vous êtes plus important que vous ne le croyez. De qui dépend le plus puissant cartel du Mexique? Ou bien, mouvement de bascule : détrônant les drogues proprement illicites, la surconsommation de médicaments d’ordonnance fait rouler de gros sous. Beau commerce. Pourtant, il est plus facile encore de vendre la boulimie de télé-dépendance.

Il faut connaître le comportement de la mouche sur un plant de menthol. Chez elle comme chez nous, les dépendances sont zones de confort, à défaut d’être zones de normalité. Qui de nous ne trouve pas alors un petit moment de répit? Vous en êtes là, moi ici; un tri s’effectue. La sélection naturelle poursuit son oeuvre jusque dans les dépendances.

Si vous n’en avez pas, vous êtes incolore.

Participez à une idiosyncrasie collective muette. Adoptez une dépendance.